Les maladies infectieuses transmissibles à l’homme

On sait tous qu’aujourdhui la plus connu est la rage, cependant il en existe d’autres :
  • la tuberculose : du chien et du chat est une zoonose due à des bactéries du genre mycobacterium. l’animal peut se contaminer à partir de l’alimentation (lait ou abats de bovin tuberculeux) ou au contact d’un humain infecté. La mort survient en 6 mois chez le chien et un peu plus tardivement chez le chat. Le danger que représente un chien tuberculeux pour son entourage incitera le vétérinaire à propose l’euthanasie de l’animal et contacter le médecin de la famille.
  • La pseudotuberculose du chat : appelée aussi la yersiniose, est une maladie bactérienne commune au chat, à l’homme et à d’autres espèces animales qui peuvent servir de réservoirs de bactéries comme les rongeurs ou les oiseaux. le chat se contamine en mangeant des cadavres infectés et élimine la bactérie dans ses selles. Le diagnostic est difficile chez l’animal vivant. Le traitement fait appel aux antibiotiques.
  • La brucellose du chien : c’est une maladie bactérienne rare du chien qui se traduit principalement par une orchite chez le mâle et des avortements suivis de métrite chez la chienne gestante. Le diagnostic est apporté un test sérologique. il est conseillé d’éliminer les animaux séroositifs compte tenu de la transmission à l’homme (ou du moins l’isolé).
  • La maladie des griffures de chat : la maladie des griffures de chat encore appelée lymphoréticulose bégnine d’inoculation, est une maladie bactérienne; elle se transmet par griffure ou morsure de chat. la zone touchée souvent les mains, peut présenter un petit abcès avec réaction ganglionnaire locale. la plaie doit être immédiatement néttoyée à l’aide d’antiseptiques : un traitement antibiotique per os est parfois nécessaire.
  • La pasteurellose : due à la bactérie Pasteurella, se transmet par morsure de chat, l’animal n’étant lui même pas infecté par le germe. quelques heures après la morsure, la plaie présente une grosse inflammation très douloureuse; les ganglions locaux sont souvent réactifs et l’infection peut parfois atteindre l’articulation voisine, un traitement antibiotiques s’impose pour éviter les complications.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *